AccueilGourhelDécouvrirHistoire

Un peu d'histoire

Etymologie

Gourhel est d'origine celtique.
Gourhel est un démembrement de la paroisse primitive de Ploërmel. La seigneurie de Gourhel passe successivement entre les mains des familles Rogier, Charpentier et Quifistre de Bavalan.
Gourhel est une trève de Loyat jusqu'en 1789 puis devient une paroisse indépendante jusqu'en 1809. 

MONUMENTS

  • L'église paroissiale, démolie en 1902.
  • Le manoir de Gourhel (1570). On y trouve un pigeonnier. Il est la propriété de la famille Charpentier (XVI-XVIIIème siècle) de Ploërmel, puis passe par alliance à la famille Quifistre de Bavalan (en effet Gillone Charpentier épouse François de Quifistre, comte de Bavalan, en 1720).
  • Le calvaire (XVIème siècle).

A signaler aussi :

  • La découverte de Tegulae (époque romaine).

Petite histoire des principaux monuments religieux de GOURHEL

Source « Gourhel »par E.Garin - 1976

Gravure ancienne représentant l'église de GourhelLa localité de Gourhel semble très ancienne.
En effet il en est question dans des textes anciens : Dom Morice dans ses mémoires écrites au XVIIIe siècle en fait état en 1131. Nous y trouvons les expressions de  « monstor Gurhel ou monasterio Gurhel ». Il semble donc que ce soit le seul texte que nous ayons de l'ancien Gourhel jusque vers le XVIe siècle.
Gourhel était alors qu'une trêve de Loyat. Le service religieux était assuré par un prêtre portant le nom de curé ce qui signifiait vicaire à l'époque. Ce prêtre dépendait de la paroisse de Loyat et vivait à Gourhel.

L’église Saint Samson

L'église de Gourhel s'élevait au centre du bourg et était dédiée à Saint Samson. Il y avait un cimetière à proximité.
Cette église a été démolie en 1902; nous en avons cependant une description précise due à l'établissement d'un devis en vue de sa réparation : c'est un édifice de 18,05 m de long sur 5,55 m de large et 4,90 m de hauteur de murs jusqu'à la naissance des lambris. La sacristie à 4,62 m de long et de 2,32 m de large.
La cloche de l'église de GourhelCette église avait deux cloches : la plus ancienne était encore là il y a quelques années (elle est conservée en mairie) l'autre a disparu. La première cloche a été bénie le 27 septembre 1777 et porte les armoiries des Charpentier et des Quifistre de Bazvalan, deux grandes familles de la région ploërmelaise, propriétaires du Manoir de la Cour attesté en 1573.
Le 8 novembre 1851, le conseil municipal présidé par le maire Mathurin Rosé donne son accord pour accorder 600 FF à la réparation de l'église et du presbytère. Il ne semble pas y avoir eu d'écho de la préfecture si bien que le 15 février 1852 le conseil municipal se décide à réagir : on ajourne indéfiniment la réparation du presbytère mais le préfet émet un avis favorable à la réparation de l'église.

F.Reminiac, maire de Gourhel en 1902Cette église été dédié à Saint Samson et les archives départementales conservent une bulle du pape Clément XIV daté 1772 accordant une indulgence à tout ceux qui visite l'église de Saint Samson le jour de la fête qui se célèbre le 28 juillet.
Il n'y avait plus eu de prêtre à Gourhel en permanence depuis 1809 : c'est peut-être ce qui a expliqué la difficulté d'obtenir des crédits pour l'entretien de l'église en effet lors du concordat de 1801 la paroisse de Gourhel est devenu succursale indépendante mais fut rapidement rattachés à Ploërmel en 1809.
C'est ainsi que le 23 novembre 1902 le conseil municipal de Gourhel décide la démolition de « son église qui n'est plus que ruines et que certainement pourrait causer des dangers attendu qu'elle touche à un chemin vicinal très usager»
Il ne restera plus que la partie appelée sacristie qui en se délabrant doucement obligera à enlever les objets importants tels le coffret des saintes huiles.

Fond baptismalAprès la guerre de 39-45 on remonta un baraquement à l'emplacement de l'ancienne église et qui durera environ une bonne dizaine d'années. On y faisait le catéchisme on y a célébré la messe tous les ans, à la saint Samson.
Tout a été démoli en 1975 : il ne reste plus qu'une immense place appelée « place du mitant » (ou du milieu).
Les fonts baptismaux furent alors repris par une famille Ploërmelaise. Il a servi volontiers de bac pour fleurs pendant de nombreuses années, avant d'être repéré par M. LERAY, maire jusqu'en 2002.

De cette église les Gourhelois ont gardé la cloche, une partie du tabernacle, le baptistère, et la statue de saint Samson qui a été restaurée dans les années 50 : cette statue est actuellement dans la salle du conseil municipal de la mairie.

Statue de Saint Samson Vieille photo de l'église en bois

Le calvaire, dit de Don Guillaume

Calvaire de Don GuillaumeCe monument est classé et marque le carrefour principal de la commune.

Cette croix de granit porte la date de 1806 sur son socle mais cette date doit être celle d’une restauration ou une ré-édification, car son aspect indique une origine ancienne, certainement du XVIe siècle. Elle ressemble étrangement à celle de Guibourg en Ploërmel : son fût est surmonté d'un bloc de granit dans lequel sont sculptés en relief d'un côté le Christ en croix et de l'autre la Vierge tenant sur ses genoux le corps inanimé de son fils, assisté de deux personnages qui soutiennent l'un la tête, l'autre les pieds de Jésus. De plus à la naissance du fût on voit l'effigie de quatre personnages encadrés dans des niches en forme d'ogives. Ces personnages représentent châtelains et deux écuyers, sans doute les donateurs.

Date du calvaire de Don Guillaume Détail nord du calvaire de Don Guillaume représentant une femme

Détail arrière du calvaire de Don Guillaume Détail sud du calvaire de Don Guillaume

MAIS AUSSI...

On y trouve un pigeonnier. Il est la propriété de la famille Charpentier (XVI-XVIIIème siècle) de Ploërmel, puis passe par alliance à la famille Quifistre de Bavalan (en effet Gillone Charpentier épouse François de Quifistre, comte de Bavalan, en 1720) ; il est actuellement la propriété de Monsieur et Madame JEGO-DEGROISE.

Le cadran solaire,rue des Perchettes

Cadran solaire, rue des perchettes

La croix du Bout des Rues

Croix des bouts des rues

Le puits du Bout des Rues

Puits du bout des rues

Le Four du Hingueul

Four du Hingueul

Gravures

  1. St Samson dans l'ancienne sacristie
  2. La barraque en bois ayant servi d'église
  3. La Cour de Gourhel
  4. La porte principale indiquant 1570
  5. La vieille église de Gourhel

Gravures représentant d'anciens monuments de Gourhel

En conclusion, GOURHEL, malgré sa petite superficie, est une commune qui veut retrouver son passé qui n'a rien à envier à beaucoup de grandes cités. Il existe bel et bien une histoire de ce territoire, avec des vestiges qui doivent nous permettent de ne pas rougir lors ce qu'on évoque le passé et la mémoire des personnes qui ont vécu une vie très simple, un peu loin des turpitudes de la « grande histoire ».